• SNB BP2S

INDECENCE, ARROGANCE ET MEPRIS : LE TRIO GAGNANT DE L’ULTIME NAO BP2S !


Lors de la dernière réunion de négociation, la Direction a confirmé ses dernières propositions que vous retrouvez ci-dessous dans le tableau comparatif avec ce que les collaborateurs de la SA ont obtenu :

Quels constats établir ?


Les montants proposés pour BP2S sont indécents alors que la Banque de France annonce une inflation à 4,5% et que les résultats de l’entreprise sont de 9,4 milliards d’euros.


A rémunération identique :

- quand le collaborateur SA le mieux loti touche 2 356 euros, un collaborateur BP2S touche 1 180 euros

- quand le collaborateur SA le moins bien loti touche 1 094 euros, un collaborateur BP2S touche 800 euros


Quel enseignement en tirer ?


C’est incontestable, avec de telles inégalités de traitement, les collaborateurs BP2S sont définitivement des sous-collaborateurs CIB ! En effet, s’agissant de mesures collectives, rien ne justifie un écart de presque 1 200 euros.


Quelles propositions ont été faites par le SNB BP2S ?


Tout en veillant à privilégier les plus basses rémunérations (cf colonne package), des propositions propres à BP2S reprises ci-dessous et totalement alignées avec l’enveloppe globale de la SA et ce :

- afin de garantir un traitement équitable de tous les collaborateurs qu’ils soient SA ou BP2S

- en écartant la prime sèche qui coûte extrêmement cher aux collaborateurs (charges sociales et fiscales), au profit du supplément d’intéressement (très peu taxé)


Ces propositions ont été ignorées par la Direction de BP2S et la RH Groupe !

Pourtant, notre leitmotiv était tout simplement de vous faire reconnaitre comme des collaborateurs à part entière de l’entreprise.


Et maintenant ?


En raison de la non-signature des 3 organisations syndicales, la Direction appliquera de façon unilatérale des mesures dont nous ignorons tout à ce jour. Le mépris pour notre filiale n’ayant malheureusement plus aucune limite, préparez-vous cependant à ce qu’elles soient inférieures à leurs dernières propositions !


Quoiqu’il en soit, vos efforts ne sont pas perdus pour tout le monde puisque Jean-Laurent Bonnafé s’est augmenté de 9,4% (article des Echos).


Dans un climat social particulièrement dégradé, la Direction de l’entreprise, totalement décrédibilisée, porte seule l’échec de cette négociation et devra en assumer les conséquences !

94 vues