• SNB BP2S

INDEMNISATION DU TRAVAIL A DOMICILE (TAD) DURANT LA CRISE SANITAIRE : QUELLE MASCARADE !


Après un simulacre de négociation, la Direction BP2S nous a finalement annoncé, comme un véritable aveu d’impuissance, que tout était joué d’avance et que l’accord de BNP Paribas SA serait strictement appliqué chez BP2S.


Pour le SNB BP2S, l’indemnisation totale octroyée s’apparente à une aumône et est indécente quand on la ramène à une indemnisation journalière !


L’accord de télétravail en vigueur dans notre entreprise a permis aux collaborateurs à 2 jours de télétravail régulier de percevoir une indemnité de 534€ net.


Pour tous les autres (1 jour de télétravail régulier ou occasionnel ou sans télétravail), l’indemnisation sera dans le meilleur des cas de 378€ net pour 120 jours ou plus de TAD en 2020.


Le refus de la Direction de prendre en charge la réalité de vos frais professionnels est d’autant moins tolérable que le recours systématique et de façon prolongée au télétravail n’a pas été choisi mais imposé et que votre investissement n’a jamais failli depuis le mois de mars 2020.


Au-delà de ces montants dérisoires et au regard des économies réalisées par l’entreprise, verser 534€ net à tous les collaborateurs aurait permis un traitement équitable.


Comme vos délégués syndicaux SNB en ont fait la démonstration en réunion, le coût de cette égalité de traitement aurait représenté 200.000€, une goutte d’eau comparée aux résultats de l’entreprise !


Encore une fois, le Groupe ne tient compte ni de notre engagement ni de nos particularités et nous impose des dispositions mesquines qui ne correspondent pas aux attentes légitimes des collaborateurs de BP2S.


Pour vos élus, l’attribution d’une allocation à la hauteur des frais engagés à tous les salariés sans distinction n’aurait été finalement qu’une reconnaissance minimale pour le travail fourni durant cette période éprouvante.

11 vues